Amanite rougissante, Golmotte © **
Amanita rubescens Pers. : Fr.

 

  

 Vidéo

Chapeau : jusqu'à 15 cm, crème olivâtre à brunâtre avec des taches vineuses et des restes de voile grisâtres. Lames : blanches salies de rougeâtre à maturité. Pied : blanchâtre, rougissant un peu surtout vers la base bulbeuse, anneau blanc strié sur la face supérieure. Chair : blanche, se tachant de rouge, odeur faible et saveur de radis. Biotope : sous nos feuillus et conifères.

Note : comestible bien cuite

Amanite rougissante forme à anneau jaune
Amanita rubescens f. annulosulfurea Gillet

 

 

On rencontre parfois, en bordure des pistes forestières sablonneuses, cette forme plus gracile de l'Amanite rougissante. La différence avec l'espèce-type se situe essentiellement dans la couleur jaune de l'anneau.

Amanite à volve grise
Amanita submembranacea (Bon) Gröger

 

 

Chapeau : jusqu'à 12 cm, brunâtre avec la marge cannelée. Lames : blanches puis grisâtres. Pied : blanc à un peu ocre, pelucheux avec à la base une volve blanche à l'extérieur et grise à l'intérieur. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : plutôt sous conifères et en montagne.

Note : dans les marges de la Double Saintongeaise cette espèce rare se rencontre sous feuillus.

Amanite de Beille
Amanita boudieri var. Beillei (Beauseigneur) Kühner & Romagnesi ex Neville & Poumarat

 

 14 mai 2013 (17)

Chapeau : blanchâtre, recouvert de verrues. Lames : saumon. Pied : blanc avec un anneau crèmeux et un bulbe napiforme. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : en bordure des pistes forestières sablonneuses.

Note : espèce peu commune et très au nord de son territoir habituel, les Landes.

 Pour en savoir plus sur cette espèce, voir mon pdf ICI

 

Amanite toupie
Amanita boudieri Barla

 

 

Chapeau : blanchâtre, recouvert de verrues. Lames : blanches. Pied : blanc avec un anneau crèmeux et un bulbe napiforme. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : en bordure des pistes forestières sablonneuses.


Note : même remarque que pour l'Amanite de Beille.

Pour en savoir plus sur cette récolte, voir mon pdf ICI

 

Amanite à pied étoilé
Amanita asteropus Sabo ex Romagn.

 

Chapeau : jusqu'à 15 cm, gris, crème ou un peu jaunâtre, se tachant de roussâtre aux blessures. Lames : blanchâtres. Pied : concolore au chapeau avec un anneau fragile et une base à bulbe typique, en forme d'étoile à maturité. Chair : blanchâtre, odeur de radis et saveur plutôt douce. Biotope : sous nos feuillus et sous nos conifères.

Note : espèce tendant à être invasive.

Amanite de Gilbert
Amanita gilbertii Beauseigneur

 

 

Chapeau : blanc avec des restes de volve en plaques. Lames : blanches. Lorsque le champignon devient vieux elles deviennent un peu ochracées comme le chapeau. Pied : blanc avec un bulbe radicant et une volve membraneuse dépassant un bourrelet circulaire du stipe. L'anneau est strié. Chair : odeur faible et saveur douce. Biotope : pinèdes sablonneuses.

Note : ici récoltée prés de Cercoux (17), espèce rare pour ce département.

Amanite de Gilbert variété subverna
Amanita gilbertii var. Subverna Bertault & Parrot ex Neville &Poumarat

 

Automne

Printemps

 

Chapeau : jusqu'à une dizaine de cm, blanchâtre. Lames : blanches avec un reflet rosé dans les sinus. Pied : blanc, poudré, anneau fragile et strié sur la face supérieure, bulbe subnul avec une volve plus ample que l'espèce-type. Chair : blanche, KOH nul sur la chair du pied et du chapeau ainsi que sur la cuticule. Odeur faible. Biotope : en lisière de bois mixte.

Note : variété rare si haut en aquitaine.

Pour en savoir plus sur cette variété, voir mon pdf ICI

 

Amanite safran variété subnudipes
Amanita crocea var. Subnudipes Romagn.

 

Chapeau : jusqu'à 20 cm, jaune orangé avec le bord un peu cannelé. Lames : blanches devenant un peu ocre à maturité. Pied : blanchâtre avec une volve blanche à l'extérieur et légèrement orangée à l'intérieur. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : sous chênes et châtaigniers surtout et en ce qui concerne cette variété.

Amanite argentée
Amanita mairei Foley

 

 

Chapeau : jusqu'à 10 cm, gris, cannelé à la marge, avec des restes de voile blanc. Lames : blanches. Pied : blanc, floconneux avec une volve membraneuse blanche. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : sous les pins.


Note : cette espèce, moins rare dans nos régions qu'ailleurs, a des spores ellipsoïdes.

Amanite vaginée ©
Amanita vaginata (Bull. : Fr.)

 

 

Chapeau : jusqu'à 10 cm, grisâtre avec la marge striée. Lames : blanches. Pied : blanc avec une volve blanche fragile. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : sous nos feuillus et conifères.

Note : cette espèce peut facilement être confondue avec d'autres du même groupe. Ses spores sont globuleuses.
Champignon toxique cru en raison de la présence d'hémolysines.

 

Amanite martelée, Amanite des peupliers ©

Amanita simulans Contu

 

Sous peupliers

 

Amanite fauve ©
Amanita fulva (Schaeff. : Fr.) Fr.

 

 

Forme alba

 

Chapeau : jusqu'à 8 cm, fauve avec la marge cannelée. Lames : blanches. Pied : un peu roux avec une volve blanche tachée de rouille. Chair : blanche, odeur faible et saveur douce. Biotope : sous nos feuillus et conifères.

Note : ce champignon doit être bien cuit car, comme l'Amanite vaginée, il contient des hémolysines, des toxines qui détruisent les globules rouges. Ces toxines disparaissent à partir de 70°.